LA SERIGRAPHIE ARTISANALE en 10 étapes

On confond souvent la sérigraphie avec le flocage, le transfert ou encore l’impression numérique . Certes il existe différentes méthodes de sérigraphie plus ou moins connues, mais elles impliquent toutes la même technique de base. 

Ici je te propose de découvrir le processus de la sérigraphie avec émulsion spéciale réagissant à la lumière pour créer un pochoir personnalisé ; c’est le type d’impression le plus populaire, car il peut être utilisé pour réaliser des pochoirs des plus basics au plus complexes. C’est aussi la méthode d’impression la plus utilisée pour la sérigraphie artisanale .

Je vais t’expliquer étape par étape le processus de la sérigraphie artisanale . Cela te permettra de voir comment je crée les t-shirts, accessoires, et affiches de CA CLAK .

ÉTAPE 1: Rassembler le matériel :

La sérigraphie demande un peu de matériel. Soi il a été acheté neuf auprès de professionnels de l’impression en sérigraphie, soi chiné sur des sites spécialisés de produits d’occasion ou encore fabriqué à la main.

Voici quelques « outils » nécessaire pour la sérigraphie :

  • -       Un cadre de sérigraphie appelé aussi écran

  • -       De l’émulsion photosensible

  • -       Une racle d’enduction pour déposer l’émulsion sur le cadre

  • -       Un film acétate appelé typon

  • -       Un ordinateur + imprimante ou de l’encre noir pour créer ton design

  • -       Une insoleuse (pour fixer l’émulsion)

  • -       Un poste d’eau pour la révélation du motif sur l’écran

  • -       Une table d’impression ( il en existe différentes en fonction du support)

  • -       Une racle d’impression pour l’encre

  • -       De l’encre de sérigraphie ( il en existe une multitude en fonction du support et de l’effet désiré)

  • -       Du dégravant pour remettre à neuf l’écran d’impression

 materiel pour la serigraphie artisanale

ÉTAPE 2 : La création du visuel ou du design

Pour commencer, il faut préparer le design à imprimer. Plusieurs solutions sont possibles :

  • -          Le dessin à la main et à l’encre noir directement sur un film d’acétate transparent .

  • -          Le travail du design sur ordinateur en noir et blanc à l’aide de logiciels tel que illustrator, procreate ou encore inkscape pour les plus connus qui sera ensuite imprimé sur un film acétate à l’aide d’une imprimante .

Il faut savoir qu’en sérigraphie si le design comporte plusieurs couleurs alors il faudra créer un film acétate par couleur . Autrement dit un dessin comportant 3 couleurs = 3 films acétate .

C’est ce qu’on appelle la préparation du typon .

 Étape 3 : La préparation du cadre de sérigraphie

Ensuite, il faut choisir un cadre de sérigraphie en fonction de la complexité du motif, mais aussi de la texture du support à imprimer. Plus le design sera complexe et / ou plus le support sera lisse et plus l’écran devra avoir une maille serrée. Le tamis à mailles est ensuite recouvert d’une couche d’émulsion réagissant à la lumière dite photosensible grâce à une racle des 2 côtés de la maille puis sera mis en séchage dans le noir .

Étape 4 : l’insolation du cadre

Le typon (feuille d’acétate) présentant le design est posé sur l’écran enduit d’émulsion. Vient alors l’étape de l’insolation : le tout est exposé à une lumière très vive qui va durcir l’émulsion, de sorte que les parties de l’écran couvertes par le visuel restent sous forme « liquide ».

Si la conception finale inclue plusieurs couleurs, un écran doit être créé pour appliquer chaque couleur. Les pochoirs doivent être parfaitement alignés à l’aide de repaires pour garantir le bon placement des différentes couches d’encre.

Étape 5 : L’étape de la révélation et la création du « pochoir »

Une fois que l’écran de sérigraphie a été exposé pendant une durée bien définie, les zones de l’écran non couvertes par le visuel se sont durcies. Toute émulsion non durcie se trouvant protégée par le dessin noir sera retiré du cadre à l’aide d’une douchette à l’eau  .Apparait alors une empreinte claire du visuel sur l’écran. Le motif est ainsi révélé et l’encre pourra passer à travers le pochoir.

L’écran est ensuite séché, si nécessaire, des retouches ou corrections seront effectués pour rendre l’impression aussi précise que possible par rapport à la conception originale. Le cadre est maintenant prêt à être utilisé.

ÉTAPE 6 : L’article est préparer pour l'impression

L’écran est maintenant placé sur la presse à imprimer. Le tissus, le vêtements ou encore le papier est alors posé à plat sur la planche d’impression, sous l’écran.

Il existe un certain nombre de presses différentes, y compris les styles manuels ( principalement utilisée en sérigraphie artisanale) ou automatiques ( impression industrielle ) , Lorsque le concept final est composé de plusieurs couleurs, un carrousel rotatif est alors utilisé. Cela permet d’appliquer les différentes couleurs distinctes de manière précise .

Étape 7 : L préparation des encres de sérigraphie

Il existe différentes encres d’impression :

  • -          L’ encre à base d’eau utilisée principalement en textile et papeterie plus respectueuses de l’environnement,

  • -          L’encre à solvant adaptée à un panel plus large de support ,

-         

 

Et parmi ces encres on trouve des encres spéciales notamment phosphorescentes, gonflantes, rongeantes, des encres métallisées, des encre quadri qui permettent de jouer avec la transparence, ou encore des encres fluorescentes …

En fonction du support il faut donc choisir et préparer son encre.

Préparer les mélanges et la diluer si besoin .

Étape 8 : l’impression en sérigraphie artisanale

Le cadre est opérationnel, les encres sont prêtes. Vient alors le moment de l’impression . L’écran est abaissé sur la planche d’impression. De l’encre est ajoutée à l’extrémité de l’écran et une raclette en caoutchouc est utilisée pour tirer l’encre sur toute la longueur de l’écran. C’est ce qu’on appelle le nappage de l’écran. Vient ensuite le moment de l’impression . La racle est alors tirée sur l’écran avec un angle de 45 degrés environ en exerçant une pression . Cela presse l’encre à travers les zones ouvertes du pochoir, imprimant le motif sur le produit en dessous.

Le processus est répété en fonction de la série d’articles à imprimer. ( d’où le nom de séri-graphie)

Étape 9 : le nettoyage du pochoir

Une fois que tous les articles ont été imprimés et que le cadre de sérigraphie a rempli sa fonction, l’émulsion est retirée à l’aide d’un liquide de lavage spécial qui « dissout » l’émulsion afin que la maille puisse être réutilisée pour créer de nouveaux pochoirs. Cette étape s’appelle le dégravage.

Étape 10 : L’encre est fixée

Le produit imprimé passe ensuite à travers un séchoir, qui «durcit» l’encre et crée une finition lisse et permet de fixer définitivement l’encre au support. Le produit final sera ensuite vérifié avant de rejoindre son nouveau propriétaire.

 

Comme tu auras pu le constater, la sérigraphie comporte de nombreuses étapes ce qui rend le procédé assez long.

C’est aussi une technique assez capricieuse et tributaire de nombreux paramètres comme notamment la température ambiante, l’encre utilisée et sa consistance, le support, le maillage du cadre …

La technique de la sérigraphie artisanale demande quelques mois et années de pratique avant de pouvoir avoir des résultats très correctes et de pouvoir imprimer des séries d’article « conséquentes » . Parce que oui la sérigraphie est un mode d’impression à favoriser pour de la série ( petite ou grande)  et moins adapté pour de la pièce unique .

Dans tous les cas, plus important c’est la satisfaction du travail accompli après ces 10 étapes .

D’ailleurs tu peux retrouver les créations sérigraphiées à la main par CA CLAK sur l’e-boutique ou en boutiques physiques et concept stores